Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Coupe du monde de ski de fond de Québec

    Alex Harvey triomphe au sprint libre

    18 mars 2017 |Alexandre Geoffrion-McInnis - La Presse canadienne | Actualités sportives
    Sous les acclamations de la foule, Harvey s’est imposé à l’issue d’une irrésistible poussée en fin d’épreuve.
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Sous les acclamations de la foule, Harvey s’est imposé à l’issue d’une irrésistible poussée en fin d’épreuve.

    Après s’être fait souffler la victoire de justesse au sprint style libre l’an dernier, Alex Harvey a obtenu sa revanche et l’a remporté vendredi dans le cadre des Finales de la Coupe du monde de ski de fond à Québec.

     

    Sous les acclamations de la foule, Harvey s’est imposé en deux minutes et 44,92 secondes (2:44,92), à l’issue d’une irrésistible poussée en fin d’épreuve. Il a devancé de 31 centièmes le Finlandais Finn Haagen Krogh. Le Français Richard Jouve a complété le podium, à 94 centièmes du Québécois.

     

    « Je ne voulais pas arriver premier dans la dernière descente, à cause du vent de face. J’étais là où je voulais être à l’approche du dernier virage, c’est-à-dire derrière Finn Haagen. Quand il a attaqué dans la dernière montée — vous savez, c’est l’un des plus rapides parce que c’est un poids plume — et que j’ai été en mesure de le contenir, je savais que c’était un bon signe. Il ne me manquait plus que le sprint à la fin. »


    Vengeance

     

    Le fondeur âgé de 28 ans a ainsi vengé sa deuxième place crève-coeur enregistrée l’an dernier sur les plaines d’Abraham, derrière le Français Baptiste Gros. Il a du même coup signé sa deuxième victoire cette saison sur le circuit de la Coupe du monde, après celle acquise aux 15 km le 21 janvier à Ulricehamn, en Suède.

     

    Après avoir atteint la zone d’arrivée, Harvey a fait demi-tour et salué les spectateurs en bordure de parcours. Il a ensuite retiré ses skis et imité un joueur de guitare, le sourire accroché aux lèvres.

     

    « C’est dur d’imaginer une meilleure journée que ça », a-t-il lancé, rayonnant.

     

    Interrogé à savoir s’il s’agissait de sa victoire la plus émotive en carrière, Harvey a indiqué qu’elle s’approchait beaucoup de celle qui lui a permis de devenir champion du monde du 50 km style classique à Lahti, en Finlande, au début du mois.

     

    « C’est vraiment pas loin, parce que déjà, ma deuxième place de l’an passé, c’était des émotions incroyables, a-t-il confié. Mais de pouvoir en remettre, et doubler la mise, c’est très semblable parce que cette fois-ci je suis à la maison. Tu ne peux pas rêver de mieux que ça. »

     

    Harvey, de Saint-Ferréol-les-Neiges, avait assuré sa présence en finale en remportant aisément ses vagues quarts de finale — même si le Suédois Emil Joensson a brisé accidentellement la ganse d’un de ses bâtons — et demi-finales. Des résultats qui ont paru surprendre le principal intéressé.

     

    « Ça fait longtemps que je ne m’étais pas qualifié top-10, top-5 comme ça, a-t-il reconnu. L’an passé à Québec je m’étais qualifié 12e et c’était un résultat super bon. La dernière fois que ç’avait aussi bien été, c’était aux Mondiaux à Falun [en 2015] où j’avais finalement terminé deuxième. »

     

    Grâce à cette victoire, Harvey a resserré son emprise sur le troisième rang du classement de la Coupe du monde avec 894 points. Son principal poursuivant au classement, le Finlandais Matti Heikkinen, a été éliminé dès les qualifications et a abouti en 48e place. Il a 837 points.

     

    « C’est sûr que maintenant je suis plus confortable, a-t-il évoqué. Parce que cette victoire vaut 50 points, mais surtout 30 secondes de bonification et 10 secondes que j’y ai mis en qualifications, dont 40 secondes au total. C’est quand même du “stock”. »


    D’autres épreuves à venir

     

    Harvey a ajouté qu’il avait encore de l’essence au réservoir pour le week-end, et s’est brièvement ouvert quant à son plan pour les prochaines épreuves.

     

    « Je vais y aller pour les secondes de bonification demain [samedi], a-t-il dit, sans détour. J’ai déjà remporté un 15 km cette saison, donc si je pars premier en départ individuel, mon objectif ce sera de ne pas me faire rattraper et de mettre du temps sur les gars derrière moi. »

     

    Outre Harvey, quatre autres fondeurs canadiens ont atteint les rondes éliminatoires — un fait rarissime en sprint —, mais seul Jesse Cockney s’est retrouvé en demi-finales. Il a terminé cinquième de sa vague, pour une 10e place au cumulatif.

     

    D’autre part, en vertu des résultats obtenus au sprint, la jeune sensation norvégienne Johannes Hoesflot Klaebo, qui n’est âgé que de 20 ans, a décroché le globe de cristal dans la discipline. Il est ainsi devenu le plus jeune récipiendaire d’un globe de cristal en sprint, abaissant la marque établie en 2012 par Teodor Peterson à l’âge de 23 ans et 318 jours.

     

    Il est à noter que les deux premiers fondeurs au classement général, le Norvégien Martin Johnsrud Sundby (1626 points) et le Russe Sergey Ustiugov (1176), ne participent pas à la compétition.

     

    Chez les dames, la victoire est allée à la Suédoise Stina Nilsson, devant la Norvégienne Maiken Caspersen Falla et la Suédoise Hanna Falk.

     

    Falla a profité de l’occasion pour s’emparer du globe de cristal dans la discipline.

     

    Aucune Canadienne n’a pu atteindre les rondes éliminatoires. La meilleure représentante de l’unifolié fut Dahria Beatty, de Whitehorse, avec une 41e place. Cendrine Browne, de St-Jérôme, a terminé 47e.

     

    Les fondeurs seront de retour en piste samedi pour les départs de masse style classique masculin et féminin.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.