Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Lettre

    Pensée magique

    19 mai 2017 | Marilyse Lapierre Le 16 mai 2017 | Éducation

    J’ai été très étonnée de lire, dans Le Devoir du 12 mai dernier, l’article intitulé « L’école à la maison semble une réussite ». Je n’y reconnais pas la rigueur journalistique qui caractérise Le Devoir. Sur cette question controversée, on ne présente qu’un seul point de vue. On expose la position de la directrice des services pédagogiques à la commission scolaire English-Montréal, qui anticipe la réussite scolaire pour les 700 enfants de la communauté hassidique inscrits à l’école à la maison. Pourtant, aucun examen du ministère n’aura lieu avant la fin de la prochaine année, mais elle appuie sa confiance sur l’engagement des mères et sur les portfolios qu’elles remettent. Ces enfants n’ont pas de bulletins scolaires. Il me semble pourtant que des questions importantes permettent de douter que ces enfants atteignent le même niveau d’apprentissage que les enfants qui fréquentent l’école normale toute la journée.

     

    Comment présumer que les apprentissages des enfants hassidiques seront satisfaisants alors que toute leur journée à l’école est consacrée à l’enseignement religieux et que c’est dans les fins de journée qu’ils doivent acquérir les apprentissages scolaires ? De plus, même si je ne doute pas du dévouement et de la bonne volonté de ces mères de famille nombreuse, je me demande comment chaque mère peut enseigner en même temps à tous ses enfants qui sont de niveaux différents ? C’est de la pensée magique. Pour ma part, je continue d’être inquiète pour l’avenir de ces enfants qui ne disposeront pas d’une formation adéquate leur permettant d’être autonomes et de s’intégrer activement dans la société québécoise.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.