Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Broche à foin

    La conjugaison du plus-que-parfait du subjonctif ou la déclinaison du théorème de Pythagore (a2 + b2 = c2) ne sont pas, vous en conviendrez, l’entrée en matière rêvée pour une discussion sur la sexualité. À plus forte raison quand on a 10-12-14 ans, que le temps en classe est déjà long et que l’éveil à la sexualité, bien qu’omniprésent, se fait peu sentir à midi moins quart un mardi matin alors que la prof de français s’est curieusement métamorphosée en Janette-veut-savoir. Et toi, Arnaud, t’as déjà pensé à conjuguer le verbe avec ta petite-amie ?

     

    Bienvenue au nouvel apprentissage d’éducation sexuelle qui devait débuter à l’automne 2017, partout au Québec, de la maternelle à la 5e secondaire, mais pour des raisons qui ne sont pas tout à fait claires, a été retardé. Après cinq ans de gestation, deux ans de projet-pilote dans une quinzaine d’écoles, et 860 000 $ d’investissement, nous ne sommes toujours pas prêts, dit le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx. Il semblerait que malgré ce temps et l’argent investis, on accuse un manque de formation et de disponibilité de matériel pédagogique.

     

    Curieusement, la toute nouvelle trouvaille du ministère, le cours « d’éducation financière », ne connaîtrait, elle, aucun retard. Le cours sera implanté obligatoirement dès l’automne prochain dans toutes les classes de 5e secondaire. Et cela, même si cette matière est déjà disponible (on discute finances depuis 2009 dans le cours Monde contemporain) et que les enseignants n’ont toujours pas été consultés sur ce nouveau curriculum. Il faut croire que la finance, pour le ministre, c’est du sérieux, et que l’éducation sexuelle, eh bien, c’est de l’improvisation. Comment sinon expliquer ce deux poids deux mesures ?

     

    Imaginerait-on enseigner l’économie par petites « capsules » d’abord, au gré des humeurs des commissions scolaires et des dispositions d’enseignants, qui n’ont, en plus, aucune expertise particulière en la matière ? Car c’est le modèle qui a été retenu pour réintroduire l’éducation sexuelle à l’école, l’enseignement à la « transversale », c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de cours inscrits à l’horaire ou donnés par un enseignant attitré. Au moment de lancer le projet-pilote en août 2015, il revenait aux directeurs d’école de recruter des « volontaires », enseignants, infirmières ou travailleurs communautaires, pour instaurer des mini-ateliers ou « projets » qui s’égrèneraient comme par magie à l’intérieur du curriculum — à raison de cinq heures par année au primaire et quinze heures au secondaire. Ah, et tout ceci, sans budget additionnel ni « balises pédagogiques claires ».

     

    « C’est un euphémisme de dire que c’est de la broche à foin », de ponctuer le président de la Fédération autonome des enseignants, Sylvain Mallette.

     

    Il me semble qu’à choisir, je préférais connaître les moyens de contraception disponibles que de savoir gérer, à 16-17 ans, mon téléphone cellulaire ou ma carte de crédit. Pas vous ? Pouvoir reconnaître une maladie transmise sexuellement ou encore discuter de ce fameux « consentement » avant un rapport sexuel me semble plus utile, plus formateur et infiniment plus complexe, soit dit en passant, que de parfaire mes habilités de consommatrice avertie. À l’heure où le Web nous offre des gros plans de coïts au ralenti et que la violence sexuelle est un peu partout, il y a urgence aujourd’hui de refaire nos devoirs.

     

    Rappelons que les cours de sexualité ont disparu en 2003, année où la réforme scolaire balayait l’incontournable « cours de formation personnelle et sociale », dans lequel s’inscrivait cette matière, pour faire plus de place aux cours de base, tels le français et les mathématiques. De 2003 à 2015, l’éducation sexuelle relevait donc de l’ensemble des enseignants « sans directives précises en la matière ». En d’autres mots, devenue l’affaire de personne en particulier, cette matière a été totalement marginalisée.

     

    Il a fallu des pétitions réclamant de nouveaux cours en 2010, ainsi que la prolifération de la porno et une montée inquiétante de maladies transmises sexuellement pour pousser le gouvernement à agir, cinq ans plus tard. Mais avec les résultats peu convaincants que l’on constate encore aujourd’hui. Mise à part l’inclusion de l’éducation sexuelle au primaire et au préscolaire, sans doute une bonne idée, le nouvel apprentissage semble s’inspirer de la même désinvolture qui a marqué l’éducation sexuelle depuis 15 ans.

     

    Le Québec est pourtant un endroit reconnu pour sa formation en sexologie. Qu’attendons-nous pour prendre l’éducation sexuelle plus au sérieux ?













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.