Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    La consommation responsable au service du néolibéralisme

    18 avril 2017 | Damien Hallegatte - Professeur de marketing à l’Université du Québec à Chicoutimi | Éducation
    «Les projecteurs devraient davantage être braqués vers les producteurs qui, par exemple, pratiquent la scandaleuse obsolescence planifiée» affirme l'auteur. 
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «Les projecteurs devraient davantage être braqués vers les producteurs qui, par exemple, pratiquent la scandaleuse obsolescence planifiée» affirme l'auteur. 

    L'introduction d’un cours d’éducation financière au secondaire ne fait pas l’unanimité. Les critiques formulées portent notamment sur son importance relative à d’autres matières et sur sa mise en oeuvre. Cependant, l’hypothèse selon laquelle l’acquisition de connaissances sur l’économie, la finance et la consommation rendra les consommateurs plus responsables, notamment en matière d’endettement, semble majoritairement acceptée. Malheureusement, les connaissances ne se transforment pas d’elles-mêmes en attitude critique et, surtout, les raisons du surendettement sont probablement moins la méconnaissance — réelle — que l’attitude relative au crédit, son accessibilité, la sollicitation et la surconsommation.

     

    En particulier, la société de consommation a élevé le crédit du statut de dépannage pour les pauvres et les imprudents à celui d’instrument d’émancipation et d’outil de pouvoir. Aujourd’hui, résister à cette logique et s’endetter peu équivaut à vivre en dessous de ses moyens et donc à perdre dans la compétition sociale. Par ailleurs, on peut douter que le raisonnement et la logique inhérents aux contenus scolaires fassent le poids devant les ressorts pulsionnels, affectifs et sociaux propres à la consommation. Il apparaît donc peu probable que ces cours aient un effet significatif sur le surendettement.

     

    Faire un choix responsable

     

    Mais surtout, l’introduction de ces cours renforce l’idéologie néolibérale, selon laquelle chaque individu est entièrement responsable des joies et des déboires causés par ses choix de consommation. Dans cette vision du monde, les problèmes sociaux provoqués par la consommation sont réduits à des problèmes individuels de choix sur un marché, et la solution est d’éduquer ou d’informer le consommateur afin qu’il fasse un choix responsable. Par exemple, en ce qui concerne l’obésité, cela se traduit par la transmission d’informations nutritionnelles sur les emballages des aliments. En ce qui concerne la dégradation environnementale, il s’agit d’inciter les gens à acheter des produits écologiques. En poussant cette logique jusqu’au bout, la pauvreté doit être réduite en inculquant une mentalité d’entrepreneur aux plus démunis.

     

    Ces solutions ont comme point commun de transformer un problème systémique en un problème psychologique. Le processus de décision des consommateurs est problématisé plutôt que le fonctionnement de la société de consommation. On cible les choix non responsables du consommateur, c’est-à-dire le symptôme, plutôt que les causes structurelles, c’est-à-dire un capitalisme débridé qui se nourrit de consommation et donc d’endettement.

     

    Ainsi, l’introduction des cours d’éducation financière au secondaire est une conséquence prévisible de la logique néolibérale. Il s’agit d’une franche victoire pour cette idéologie, notamment parce que le monde commercial a réussi à amener l’État à se battre sur son propre terrain, celui de la propagande. Or, cinquante heures de formation intellectuelle ont peu de chances de faire le poids face à des milliers d’heures de publicités subliminales. Et surtout, nos grands adolescents ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes s’ils se retrouvent surendettés. Ils auront intériorisé davantage l’idéologie néolibérale selon laquelle les solutions aux problèmes liés à la consommation se trouvent en eux et, implicitement, qu’ils en sont la cause.

     

    S’il est indéniable que les consommateurs ont un rôle à jouer dans la minimisation des externalités négatives de la consommation, et donc que l’éducation peut être utile, les projecteurs devraient davantage être braqués sur les producteurs qui, par exemple, pratiquent la scandaleuse obsolescence planifiée, notamment sa forme la plus abjecte, la réduction volontaire de la durée de vie des produits. Ces pratiques, qui consistent à créer des besoins plutôt que des produits et des services, et donc de l’endettement, laissent penser que le monde a moins besoin de consommation responsable que de production responsable.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.