Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    La p'tite biblio C'est l'histoire d'une petite bibliothèque sauvage installée devant une porte. Des feuilles, des bouquins y sont laissés puis voyagent, épiés par la propriétaire de cet «hôtel de passe» pour mots. En découlent d'autres histoires, de voisinage celles-là, que vous raconte ici Catherine Lalonde.

    La p'tite biblio Flux RSS du blogue La p'tite biblio

      Le contre-feu de la fée carabine

      1 mars 2017 11h23 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Je ne sais me souvenir autrement qu’en faisant récit, et des moments mémorables ainsi mus en mots je vois les sensations et émotions peu à peu s’effriter, perdant dans l’étiolement bémols, nuances et détails, au fur et à mesure que je les raconte et re-narre.

      Je ne sais me souvenir autrement qu’en faisant récit, et des moments mémorables ainsi mus en mots je vois les sensations et émotions peu à peu s’effriter, perdant dans l’étiolement bémols, nuances et détails, au fur et à mesure que je les raconte et re-narre.

      0 réactions | 0 votes
      • photo
      La comtesse de Ségur en 1823

      Souvenirs de la Bibliothèque rose

      9 janvier 2017 19h32 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      C’est une édition de 1904 des «Malheurs de Sophie», par «Mme la Comtesse de Ségur née Rostopchine», qui m’a rappelé, alors que je l’empochais, mes lectures enfantines des Bibliothèque verte et rose.
      C’est une édition de 1904 des «Malheurs de Sophie», par «Mme la Comtesse de Ségur née Rostopchine», qui m’a rappelé, alors que je l’empochais, mes lectures enfantines des Bibliothèque verte et rose.
      2 réactions | 16 votes
      • photo

      Tous libraires

      22 novembre 2016 00h11 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Ça arrive trop rarement, mais j’adore quand se retrouvent dans la p’tite biblio des conseils particuliers de lecture, quand les usagers se font tous libraires. Comment les appeler, par ailleurs, ces lecteurs-passants ? « Usagers » et « utilisateurs » semblent des termes affreusement technocratiques. « Passants » reste vagues « Abonnés » n’est pas juste, puisque vient qui veut, sans preuve d’adresse ni carte d’abonnement. « Lecteurs », peut-être, simplement ? Est-ce assez précis ?
      Ça arrive trop rarement, mais j’adore quand se retrouvent dans la p’tite biblio des conseils...
      1 réaction | 5 votes
      «Le “bon libraire”, dit-on, compte autant de clients fidèles qui voient en lui le plus aimable des hommes que de clients qui l'exècrent pour sa morgue et le méprisent pour son corps débile.»

      Aveuglé par la littérature

      13 octobre 2016 20h10 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      «Parmi les maux qui affectent les libraires, le mal de dos est celui contre lequel on les met en garde dès l'apprentissage. Ils souffrent aussi d’autres pathologies plus ou moins exotiques dont les plus fréquentes sont la claudication, la goutte, les hémorroïdes, et bien entendu les mésanges. On les sait également ombrageux, dédaigneux et acariâtres. Ombrage et dédain sont pour beaucoup un principe fondateur de la profession; l'acrimonie vient avec l'âge, au même titre que les troubles de la...
      «Parmi les maux qui affectent les libraires, le mal de dos est celui contre lequel on les met en...
      1 réaction | 11 votes

      Paranoïa d’une gâtée pourrie

      11 octobre 2016 08h39 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Quiconque écrit, dès qu’il publie, cherche un lecteur. Un lecteur ou mille : un seul cœur touché pile revaut pour certains poètes des heures à plancher sur une feuille quand d’autres écrivains souhaitent légion d’admirateurs.

      Quiconque écrit, dès qu’il publie, cherche un lecteur. Un lecteur ou mille : un seul cœur touché pile revaut pour certains poètes des heures à plancher sur une feuille quand d’autres écrivains souhaitent légion d’admirateurs.

      0 réactions | 8 votes
      C’est encore l’imagination, pour l’instant, qui répond aux questions de proche avenir sur la livraison de livres par drone.

      En attendant mon drone

      19 septembre 2016 21h27 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Saura-t-il sonner à ma porte, ce petit robot volant? Si oui, parlera-t-il français et sera-t-il bien poli lorsque j’ouvrirai, décoiffée, mal engueulée?
      Saura-t-il sonner à ma porte, ce petit robot volant? Si oui, parlera-t-il français et sera-t-il bien poli lorsque j’ouvrirai, décoiffée, mal engueulée?
      1 réaction | 8 votes

      Aux pieds d'argile

      11 août 2016 19h55 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      À la suite d'un accrochage nocturne avec des soûlons du mercredi soir, la p'tite biblio sera hors d'usage durant quelques jours, le temps de se remettre — littéralement — sur ses pieds. Les dons de livres doivent désormais être déposés, préférablement en boîte ou en sac, sur le balcon, histoire que la boîte à bouquins ait de quoi se mettre sous la dent lors de son retour de convalescence. Merci de votre patience.
      À la suite d'un accrochage nocturne avec des soûlons du mercredi soir, la p'tite biblio sera hors...
      0 réactions | 6 votes
      Il ne faut pas sous-estimer la vertu somnifère de certains livres. 

      De la vertu des livres somnifères

      6 août 2016 14h51 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Nous discutions, le collègue Christian Desmeules et moi-même, de petits riens, de tout le reste et de littérature, sur sa terrasse rendue marine par l’incessante stridulation de juvéniles goélands urbains, nous avouant presque timidement certains des titres que nous aurions dû avoir lus et qui continuent de manquer à notre culture. Une liste ? Une montagne de livres, plutôt. Une cordillère d’incontournables, et toujours grossissante puisque trop souvent un texte renvoie à un autre, et un...
      Nous discutions, le collègue Christian Desmeules et moi-même, de petits riens, de tout le reste et...
      0 réactions | 11 votes

      Perdue dans la traduction

      28 juillet 2016 14h54 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Je tiens à rajouter Dieux de la pluie de James Lee Burke à la longue liste des récriminations à déposer au Bureau de la littérature outre-langue maternelle.
      Je tiens à rajouter Dieux de la pluie de James Lee Burke à la longue liste des récriminations à déposer au Bureau de la littérature outre-langue maternelle.
      2 réactions | 13 votes

      Livres de passage

      17 juillet 2016 20h05 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Il y a, semblables aux livres des p’tites biblios, ceux laissés dans les auberges de jeunesse et les hôtels, tous langages unis. Et les bouquins qu’on emprunte de manière plus ou moins licite dans des maisons louées ou prêtées, et qu’on repose bien à plat, sans jamais corner de page, cherchant à préserver l’épine, tentant de ne laisser nulle trace de notre passage entre les couvertures. Des livres qu’on ne choisit pas tout à fait, des histoires de passage qui restent ensuite dans le...
      Il y a, semblables aux livres des p’tites biblios, ceux laissés dans les auberges de jeunesse et les...
      1 réaction | 6 votes

      Correspondre

      7 juillet 2016 13h39 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Il fallait cocher sur un petit pamphlet bleuté un pays, une préférence entre garçon ou fille, un groupe d’âge et les langues écrites. Quelques éternelles semaines plus tard, on recevait parfois une carte postale ou une lettre déjà exotique parce qu’écrite sur « papier avion » et bariolée d’une guirlande de timbres et d’oblitérations postales étrangers.
      Il fallait cocher sur un petit pamphlet bleuté un pays, une préférence entre garçon ou fille, un groupe d’âge et les langues écrites. Quelques éternelles semaines plus tard, on recevait parfois une carte postale ou une lettre déjà exotique parce qu’écrite sur « papier avion » et bariolée d’une guirlande de timbres et d’oblitérations postales étrangers.
      0 réactions | 10 votes
    • Le ouijah, Chantal Lacroix et les biscuits aux chipits

      23 juin 2016 17h28 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Est donc arrivé le Manuel pratique du spiritisme (Exclusif, 2004) de Stéphane Crussol, auteur aussi du Manuel pratique du pendule (incluant 40 planches pendulaires), de celui de la télépathie, d'autohypnose et du Guide d'utilisation des pyramides. Un homme polyvalent dans sa spécialité, quoi.   Un peu comme notre Chantal Lacroix, qui fait carrière de proposer comme sources de bonheur intérieur des palliatifs autres qu'intimes — perte de poids, rénovation de maison ou de visage, tables...
      Est donc arrivé le Manuel pratique du spiritisme (Exclusif, 2004) de Stéphane Crussol, auteur aussi...
      0 réactions | 8 votes
      Premier facteur de réussite d'une microbibliothèque: viser un lieu d'assez bonne circulation pédestre et à vélo.

      Les secrets de leurs succès

      20 juin 2016 13h34 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Faut voir les p'tites biblios dans Villeray pousser comme des champignons, jusqu'à jouer du coude aux 50 mètres rue de Castelnau. En s'arrêtant, junkie, de boîtes en boîtes, en butinant, attirée par les biblios sauvages comme par l'odeur du pollen, on se rend rapidement compte que toutes les microbibliothèques ne sont pas égales. Au Parc Jean-Marie-Lamonde, le pauvre Croque-livres pour petiots n'a souvent rien à se mettre sous la dent, sinon deux livres si moralos qu'ils semblent tirés des...
      Faut voir les p'tites biblios dans Villeray pousser comme des champignons, jusqu'à jouer du coude...
      0 réactions | 3 votes
    • Re-regarder

      9 juin 2016 08h34 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Les rosiers autour de la p’tite biblio ont explosé, les pétales de plusieurs boutons du jour au lendemain se sont écartelés en adorables couronnes fuchsia.
      Les rosiers autour de la p’tite biblio ont explosé, les pétales de plusieurs boutons du jour au lendemain se sont écartelés en adorables couronnes fuchsia.
      0 réactions | 7 votes

      Des plans de nègre à se cogner le petit juif

      27 mai 2016 18h50 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      Nous étions trois, penchés sur une maquette de page de journal, à chercher comment y faire entrer articles, photos, illustrations sans devoir couper dans le contenu et sans que le texte déborde comme une inondation graphique dans les marges, quand la chef des livres, d’un mouvement trop vif, s’est cogné le coude sur le bureau. Devant l’électrique danse de Saint-Guy qui s’ensuivit, le directeur artistique et moi grimaçâmes, sourires douloureux aux lèvres. Afin d’effacer le zeste d’amusement...
      Nous étions trois, penchés sur une maquette de page de journal, à chercher comment y faire entrer...
      1 réaction | 18 votes
      Pourquoi ai-je peur de Patrick Bateman?

      Le film d’horreur de ma tête

      20 mai 2016 11h36 | Catherine Lalonde | La p'tite biblio
      C’est le seul texte, depuis que je pérégrine de bouquin en bouquin, que j’ai peur de lire, au point de ne pas oser en soulever la couverture.
      C’est le seul texte, depuis que je pérégrine de bouquin en bouquin, que j’ai peur de lire, au point de ne pas oser en soulever la couverture.
      2 réactions | 5 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.