Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les élections anticipées, une chance inespérée pour les Anglais europhiles?

    20 avril 2017 | Dario Thuburn - Agence France-Presse à Londres | Europe
    La première ministre Theresa May
    Photo: Andrew Yates Agence France-Presse La première ministre Theresa May

    Les partis europhiles britanniques voient une chance inespérée de gonfler leurs rangs et de peser sur les négociations du Brexit avec les élections législatives anticipées convoquées par la Première ministre Theresa May.

     

    Le Parti libéral-démocrate apparaît comme le recours évident des déçus du Brexit, qui l’a emporté le 23 juin 2016 avec près de 52 % des voix.

     

    C’est le seul à défendre ouvertement la cause pro-UE, à l’exception du Parti national écossais (SNP), ce qui en fait l’unique alternative possible pour les électeurs europhiles, souligne Rob Ford, professeur de sciences politiques à l’université de Manchester, face à la position « très peu claire » du Parti travailliste, première force d’opposition du pays.

     

    Les travaillistes ont milité pour rester dans l’UE mais depuis la victoire du Brexit, ils ont décidé de soutenir le gouvernement conservateur de Mme May dans sa mise en oeuvre, à condition qu’elle maintienne des liens économiques forts avec l’UE et protège les droits des travailleurs et les normes environnementales.

     

    Côté écossais, la première ministre Nicola Sturgeon a déclaré mercredi que, si « l’arithmétique parlementaire » le permettait, elle chercherait à forger une « alliance progressiste » pour empêcher Mme May de revenir au pouvoir.

     

    Mais pour les analystes, les chances sont faibles de voir le SNP ou les libéraux-démocrates s’allier aux travaillistes, au plus bas dans les sondages et très divisés entre les cadres du parti — sur une ligne centriste — et leur chef Jeremy Corbyn, qui défend des positions plus radicales.

     

    « Pourquoi voudraient-ils s’attacher à un bloc de béton et sauter à l’eau ? », dit Rob Ford.

     

    Jeremy Corbyn a lui déjà exclu la possibilité d’une alliance avec le SNP, soulignant que les nationalistes écossais, qui réclament un nouveau référendum d’indépendance, voulaient « faire éclater le Royaume-Uni ».

     

    Les libéraux-démocrates ont dirigé le pays dans une coalition avec les conservateurs de 2010 à 2015, avant d’être écrasés aux législatives de mai 2015 où ils n’ont réussi à obtenir que huit députés, sept fois moins que cinq ans plus tôt.

     

    Wyn Grant, professeur de sciences politiques à l’université de Warwick, estime qu’ils pourraient cette fois gagner 20 sièges « si tout se passe bien pour eux ».

     

    Selon Rachel Sylvester, éditorialiste au quotidien The Times, le gouvernement serait en fait plus inquiet du score du Parti libéral-démocrate que de celui du Labour, car il « ne peut que progresser », écrit-elle.

     

    En décembre, il a gagné un neuvième siège dans une élection partielle à Richmond, une banlieue huppée du sud-ouest de Londres, face au sortant conservateur, en appuyant sur la fibre europhile de ses habitants.

     

    Un succès qui« montre le pouvoir d’un message clairement pro-UE dans des zones qui ont voté pour rester » dans le bloc européen, souligne Rachel Sylvester.

     

    Mais les gains des libéraux-démocrates pourraient se faire au détriment du Labour et au final conforter les conservateurs, estime M. Ford.

     

    Si c’est le cas, cela pourrait tout de même servir les tenants d’un Brexit moins dur que craint par les europhiles, car Mme May serait moins dépendante des europhobes les plus virulents de son parti, selon lui.

     

    Le Parlement donne son aval

    Le Parlement britannique a donné mercredi son aval à l’organisation de législatives anticipées le 8 juin. Après une heure et demie de débats, les députés ont validé par 522 voix contre 13 l’organisation du scrutin trois ans avant la date prévue, annoncé par surprise la veille par la première ministre Theresa May. Le feu vert des députés était attendu puisque les principaux partis d’opposition avaient indiqué qu’ils approuvaient la motion gouvernementale. Jeremy Corbyn s’y était dit favorable même s’il joue sa tête en cas de déroute travailliste. Son parti est en effet distancé de plus de 20 points par les conservateurs dans les derniers sondages, une faiblesse dont Mme May veut profiter pour conforter sa majorité de 17 sièges.

     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.