Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Une zone marine protégée dans le golfe du Saint-Laurent... ouverte aux pétrolières

    Plus d'une vingtaine d'espèces de cétacés fréquentent le territoire ciblé, dont le rorqual bleu.
    Photo: GREMM Plus d'une vingtaine d'espèces de cétacés fréquentent le territoire ciblé, dont le rorqual bleu.

    Le gouvernement Trudeau juge que la protection des milieux marins est compatible avec l’exploitation d’énergies fossiles. Selon ce qu’a constaté Le Devoir, il compte en effet permettre l’exploration pétrolière et gazière dans la future zone de protection marine du chenal Laurentien, qui sera la plus vaste du genre au Canada. Cet écosystème exceptionnel, situé à l’entrée du golfe du Saint-Laurent, abrite plusieurs espèces menacées.

     

    Le « site d’intérêt » du chenal Laurentien, identifié par Pêches et Océans Canada pour devenir une zone de protection marine (ZPM), couvre une superficie de plus de 11 600 km2. Il est situé au sud de l’île de Terre-Neuve, au coeur d’une vallée sous-marine reconnue par le gouvernement comme « une zone d’importance écologique et biologique ». Il constitue notamment un habitat crucial pour plusieurs espèces de poissons, mais aussi « une voie de migration essentielle » pour les mammifères marins qui entrent et sortent du golfe du Saint-Laurent.

     


    La future zone de protection marine du chenal Laurentien, d'une superficie de 11 600 km2, est située au sud de l'île de Terre-Neuve, à l'entrée du golfe du Saint-Laurent. 

     

    Selon ce que précise Pêches et Océans, Ottawa compte d’ailleurs procéder rapidement vers une désignation de cette ZPM, puisque le projet de règlement devant mener à sa création sera publié au cours de l’été prochain. Une fois mise en place, cette zone de protection marine sera d’ailleurs la plus importante au pays. À titre de comparaison, le site d’intérêt du banc des Américains, identifié comme un projet majeur de ZPM et situé tout juste à l’est de la Gaspésie, est onze fois plus petit.

     

    La création de la zone de protection du chenal Laurentien va toutefois de pair avec un précédent pour le moins surprenant. Selon ce qu’a constaté Le Devoir, le gouvernement Trudeau compte en effet autoriser les « activités de forage pétrolier et gazier dans environ 80 % de la ZPM ». Cela équivaut à une superficie de près de 9300 km2.

     

    Afin de tenter d’identifier d’éventuels gisements d’énergies fossiles, les entreprises pourront même réaliser des « levés sismiques », des activités reconnues pour leurs effets dommageables, voire mortels, sur plusieurs espèces marines. « Le calendrier des activités sismiques dans toute la ZPM proposée sera limité à une fenêtre de huit mois, en vue de protéger les espèces migratoires, telles que le poisson, les mammifères marins et les tortues de mer, lorsqu’elles sont présentes dans la zone », précise toutefois Pêches et Océans. Le ministère fédéral souligne en outre que « les activités de pêche seront réduites » dans toute la zone de protection du chenal Laurentien.

     

    Zone convoitée

     

    Est-ce que Pêches et Océans estime que l’exploration pétrolière est compatible avec les objectifs de protection marine ? « Les objectifs de conservation proposés, répond le ministère fédéral, visent à conserver, protéger et restaurer la biodiversité du chenal Laurentien afin qu’il ne subisse plus les aléas de l’activité humaine. L’objectif vise à remplir les objectifs de conservation tout en réduisant au minimum les répercussions socio-économiques sur la communauté locale. » Qui plus est, « les activités d’extraction pétrolière et gazière seront interdites dans la zone centrale de protection pour protéger les zones sensibles ».

     

    Chose certaine, toute cette zone maritime est convoitée depuis plusieurs années par les entreprises pétrolières. Elle fait d’ailleurs partie d’un « secteur » plus vaste identifié par l’Office Canada–Terre-Neuve-et-Labrador sur les hydrocarbures extracôtiers en raison de son « intérêt » pour l’industrie. Au fil des ans, plusieurs entreprises ont mené des travaux d’exploration dans le secteur, dont ConocoPhillips et Husky Energy, deux pétrolières actives notamment dans le secteur des sables bitumineux.

     

    Pour le biologiste Sylvain Archambault, de la Société pour la nature et les parcs, le gouvernement fédéral risque de créer « un précédent extrêmement inquiétant » avec cette porte ouverte aux pétrolières. « Pourquoi se donner la peine de créer une zone de protection marine, qui est conçue pour protéger la biodiversité, si on autorise des activités complètement incompatibles avec la protection de cette même biodiversité ? »

     

    Selon M. Archambault, tout indique que le gouvernement « tente de tourner les coins ronds » pour rattraper l’immense retard qu’il a accumulé en matière de protection des milieux marins. En vertu d’un engagement international pris dans le cadre de la Convention sur la biodiversité de Nagoya, le Canada doit protéger 10 % de ses milieux marins d’ici 2020. Or, à l’heure actuelle, le taux de protection dépasse à peine 1 %.

     

    Les libéraux fédéraux ont promis l’an dernier de respecter cet engagement et de « faire progresser » au moins cinq projets de zones de protection marine. La ZPM du chenal Laurentien en fait partie. Un autre projet, le banc de Sainte-Anne, est situé à l’est du Cap-Breton. Dans ce cas, l’exploration pétrolière ne serait pas permise. Tout ce territoire de 4300 km2 risque cependant d’être entouré de permis d’exploration pétrolière et gazière, puisque la Nouvelle-Écosse entend mettre plusieurs territoires maritimes aux enchères au cours des trois prochaines années.

     

    Au Québec, outre le banc des Américains, le gouvernement fédéral songe toujours à créer la zone de protection marine de l’estuaire du Saint-Laurent. Ce territoire de 6000 km2, identifié depuis la fin des années 90, représente l’habitat essentiel du béluga. Mais le projet pourrait se heurter au développement de la Stratégie maritime du gouvernement Couillard.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.