Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Un réchauffement de mauvais augure pour les débordements de cours d’eau

    Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir

    L’arrêt des précipitations et les températures fraîches de ce week-end permettent au niveau des cours d’eau de se stabiliser un peu partout au Québec, selon le ministère de la Sécurité publique.

    Son porte-parole pour la sécurité civile, Thomas Blanchet, signale que si la situation semble vouloir se résorber, les prévisions météorologiques donnent lieu de s’inquiéter.

    La pluie persistante de cette semaine a provoqué des inondations dans le sud-ouest de la province, causant l’évacuation de plusieurs dizaines de résidences. Or, l’accalmie actuelle pourrait s’avérer de courte durée alors qu’Environnement Canada prévoit un important réchauffement accompagné d’averses, qui accéléreraient la fonte des neiges.

    Lundi, le mercure pourrait atteindre jusqu’à 20 degrés Celsius dans le nord de Montréal, l’une des régions les plus touchées par les débordements.

    Thomas Blanchet estime que seul le niveau des plus petites rivières aura donc l’occasion de s’abaisser.

    Dans Lanaudière, huit résidences de la ville de Mascouche ont été inondées, forçant l’évacuation de 25 personnes, rappelle-t-il. Une situation similaire avait été observée dans les Laurentides.

    Samedi, Hydro Météo a indiqué que ces deux régions de même que celle de l’Outaouais restent sous surveillance. À Montréal, les rivières des Mille Îles et des Prairies demeuraient aussi menaçantes.

    La rivière Chaudière, à Beauceville, est sortie de son lit dans la nuit de vendredi à samedi, inondant quelques rues.

    Les rivières l’Acadie et Yamaska, en Montérégie, sont également sorties de leur lit. Les sols gorgés d’eau de pluie y ont entraîné des glissements de terrain, indique M. Blanchet. Samedi, la situation s’y était stabilisée, tout comme en Estrie et dans le Centre-du-Québec.

    À Sainte-Thérèse, où quelque 70 résidences ont été évacuées par la crue inhabituelle de la rivière aux Chiens, le processus de réintégration des sinistrés s’est amorcé.
    Des travaux de déglaçage ont été entrepris sur la rivière L’Assomption, où un embâcle s’est formé, à proximité de Saint-Félix-de-Valois, rapporte Hydro Météo.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.