Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Environnement

    Les États-Unis cesseraient de financer la restauration des Grands Lacs

    Le budget serait réduit de 97%

    En 2014, la ville de Toledo, en Ohio, qui borde le lac Érié, a été en bonne partie privée d’eau potable en raison de la présence de cyanobactéries.
    Photo: Eric Albrecht / The Columbus Dispatch / Associated Press En 2014, la ville de Toledo, en Ohio, qui borde le lac Érié, a été en bonne partie privée d’eau potable en raison de la présence de cyanobactéries.

    Le président américain, Donald Trump, s’apprêterait à éliminer la quasi-totalité du principal budget consacré à la restauration des Grands Lacs. Une situation qui soulève de vives critiques des deux côtés de la frontière, alors que plusieurs voix s’élèvent pour dénoncer les compressions imposées à ce programme conçu pour améliorer la santé du plus important système d’eau douce de surface de la planète. 

     

    Avant qu’il soit élu, M. Trump répondait à toutes les questions à caractère environnemental en promettant de protéger « la qualité de l’air et de l’eau ». Or, les prévisions budgétaires qui circulent présentement indiquent que les compressions imposées à l’Agence de protection de l’environnement se traduiront par une réduction draconienne du budget de l’Initiative de restauration des Grands Lacs. Son financement annuel passerait ainsi de 300 millions à 10 millions, soit une compression de près de 97 %.

     

    Cette quasi-élimination de l’enveloppe provenant du gouvernement américain fait craindre le pire pour la suite de ce programme implanté en 2010 afin d’améliorer la qualité de l’eau des cinq vastes lacs. Cette initiative est « la source majeure de subventions pour la protection et la restauration des Grands Lacs », rappelle d’ailleurs un document interne d’information produit par l’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent, obtenu par Le Devoir.

     

    En six ans, le programme a déjà injecté un peu plus de deux milliards de dollars dans différents projets, et son financement avait même été prolongé de cinq ans en décembre dernier, à raison de 300 millions de dollars par année. Le hic, c’est que l’attribution des fonds publics doit être approuvée chaque année par le Congrès, contrôlé par les républicains.

     

    « Les fonds de l’initiative sont utilisés pour la lutte contre les espèces envahissantes (carpes asiatiques et plusieurs autres), l’assainissement de secteurs particulièrement pollués, la réduction de l’écoulement des éléments nutritifs responsables des efflorescences algales et de la contamination de l’eau potable, la restauration et la protection des habitats et des milieux humides », précise le document de l’Alliance, qui évoque « d’importantes inquiétudes » dans la région des Grands Lacs, un écosystème de plus de 245 000 km2.

     

    Eau et carpe

     

    La fin de l’essentiel du financement signifierait en effet l’abandon de plusieurs mesures mises en place pour lutter contre la propagation de plus en plus problématique de la carpe asiatique, une espèce qui a fait des ravages dans les cours d’eau américains. D’autres programmes destinés à la lutte contre les cyanobactéries (toxiques pour les sources d’eau potable) ou à la réduction des rejets polluants des villes riveraines passeraient carrément à la trappe.

     

    Le maire de Montréal, Denis Coderre, qui préside l’Alliance, a abordé le sujet avec ses homologues lundi dans le cadre d’une conférence internationale qui réunissait plusieurs maires lundi à Chicago. Selon ce qu’a fait valoir M. Coderre en soirée, les Villes ont parlé d’une seule voix « pour réaffirmer que ce programme est essentiel et que ces compressions sont totalement inacceptables ». Les maires demandent donc au président Trump de « reculer » et d’abandonner des compressions qui seraient « dévastatrices » pour l’assainissement des Grands Lacs, un système qui draine 18 % des réserves mondiales d’eau douce.

     

    Les maires ne sont pas seuls, puisque 12 sénateurs américains ont aussi envoyé vendredi une lettre au nouveau patron de l’Agence de protection de l’environnement, Scott Pruitt. Ces élus, dont un républicain, exigent le plein financement de l’Initiative de restauration. Ils rappellent dans leur missive que les Grands Lacs fournissent de l’eau potable à plus de 40 millions de personnes, qu’ils « contribuent au maintien de centaines de milliers d’emplois » et qu’ils soutiennent une industrie touristique dont les retombées annuelles dépassent les 10 milliards de dollars.

     

    Impacts canadiens

     

    Professeure à Polytechnique et spécialiste des questions d’eau potable, Sarah Dorner estime que les reculs en matière d’assainissement des eaux pourraient avoir des conséquences humaines et économiques importantes. Elle souligne d’ailleurs que, dans certains secteurs, notamment dans le lac Érié et le lac Ontario, la présence importante des cyanobactéries constitue déjà une réelle menace pour la qualité de l’eau.

     

    Dans ce contexte, il est selon elle essentiel de maintenir les efforts entrepris depuis 2010. « Les problèmes existent, il faut donc les régler, sinon on risque de se retrouver avec des problèmes et des coûts très élevés. » Mme Dorner cite en exemple le cas de la ville de Toledo, en Ohio, située sur les rives du lac Érié. En 2014, la ville a été en bonne partie privée d’eau potable, en raison de la présence de cyanobactéries.

     

    Selon la Coalition Eau Secours, les compressions imposées par le gouvernement Trump risquent par ailleurs d’avoir des impacts au Canada, alors que près de 10 millions de citoyens puisent leur eau directement dans le bassin versant des Grands Lacs. C’est notamment le cas de municipalités de la région de Montréal.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.