Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    «Buy American»

    Ottawa interpelle les élus américains

    21 mars 2017 | Alexander Panetta - La Presse canadienne - à Washington | Actualités économiques
    L’ambassadeur du Canada aux États-Unis, David MacNaughton
    Photo: Graham Hughes La Presse canadienne L’ambassadeur du Canada aux États-Unis, David MacNaughton

    Le gouvernement fédéral a envoyé une lettre à un groupe de législateurs américains qui soutiennent des règles plus sévères sur l’achat de biens fabriqués aux États-Unis dans le cadre du « Buy American Act », laissant entrevoir un bras de fer alors que seront débattues cette année les politiques d’approvisionnement aux États-Unis.

     

    L’ambassadeur du Canada à Washington, David MacNaughton, a fait parvenir une lettre la semaine dernière à quatre législateurs démocrates ayant exhorté le président Donald Trump à limiter les fournisseurs étrangers, incluant pour le projet d’oléoduc Keystone XL.

     

    L’enjeu est particulièrement important cette année pour trois raisons. Un projet de loi imposant sur les infrastructures s’en vient, d’une valeur potentielle de 1000 milliards $US en contrats ; l’approvisionnement pourrait être un enjeu dans les négociations sur l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), et les vents du protectionnisme soufflent à Washington.

     

    « Sans précédent »

     

    Des appuis aux mesures « Buy American » existent dans les deux familles politiques. Ces mesures sont prônées fortement par le président Trump, mais soutenues de façon plus large par les démocrates, notamment du côté des élus interpellés par la lettre de l’ambassadeur. La note de M. MacNaughton, datée du 16 mars, affirme que des contraintes d’approvisionnement au niveau local à l’endroit d’entreprises privées seraient « sans précédent » et auraient possiblement des conséquences larges et sévères, notamment en ce qui a trait aux obligations commerciales internationales.

     

    La lettre fait aussi valoir qu’il s’agit de « principes cruciaux que le Canada et les États-Unis ont fait valoir de concert depuis des dizaines d’années ».

     

    Bien que le marché d’approvisionnement des États-Unis soit plus vaste, celui du Canada est plus ouvert : seulement 3 % des contrats fédéraux aux États-Unis sont décrochés par des fournisseurs étrangers, comparativement à 11 % au Canada, souligne le document. Selon la lettre, les fournisseurs canadiens remportent 0,15 % des contrats américains, tandis que les fournisseurs américains décrochent plus de 9 % des contrats fédéraux au Canada — incluant Microsoft, North American Steel et 3M Cogent.

     

    La lettre se conclut par un énoncé contre le protectionnisme, disant qu’il fait grimper les prix, entraîne un moins grand nombre de projets et, ultimement, supprime des emplois.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.