Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    «Canada: the Story of Us?»

    La CBC s’excuse du bout des lèvres et poursuit la diffusion

    La série «Canada: The Story of Us», diffusée par CBC, suscite la grogne chez des collectivités et des nations qui se sont plaintes du traitement qu’elle leur a réservé.
    Photo: CBC La série «Canada: The Story of Us», diffusée par CBC, suscite la grogne chez des collectivités et des nations qui se sont plaintes du traitement qu’elle leur a réservé.

    La CBC a fini par s’excuser devant la pression populaire, mais elle entend toujours poursuivre la diffusion de la série Canada: The Story of Us, même dans l’univers des écoles.

     

    Selon Emma Bédard, la directrice des affaires publiques de la CBC, jointe par Le Devoir, le diffuseur public va tout de même rendre disponibles la série et du matériel qui l’accompagne au bénéfice des écoles. « On croit dans le mandat de la série. Raconter des histoires d’une nouvelle perspective, c’était pour nous une façon délibérée. »

     

    Pourquoi alors le directeur des affaires publiques du diffuseur d’État, Chuck Thompson, a-t-il senti le besoin de s’excuser si c’est pour continuer sur la même lancée ? Dans un communiqué publié mardi, il dit : « Après les deux premiers épisodes, certaines personnes se sont senties mal représentées, et nous nous en excusons. » Il ajoute qu’« à partir des commentaires que l’on reçoit, on va les intégrer ».

     

    Le matériel scolaire lié à la série est-il déjà prêt à être diffusé via Curio, le site éducatif de la CBC ? « Il est avancé, mais il n’est pas terminé, explique Emma Bédard. Nous visons juin. »

     

    Est-ce que, devant la levée de boucliers, la série sera en attendant révisée ? « Non. La série est déjà produite. »

     

    Temporiser

     

    Selon le directeur des affaires publiques de la CBC, « nous n’avons jamais eu l’intention d’offenser qui que ce soit ou quelque groupe que ce soit, ni de minimiser l’importance des histoires qui n’ont finalement pas été incluses dans la série ».

     

    Mais la CBC temporise immédiatement ses excuses en affirmant que le diffuseur public est voué à « tisser des liens » et qu’au fond, il est inévitable que tout le monde ne partage pas le même point de vue.

     

    « À titre de diffuseur public du Canada, nous sommes résolus à faire découvrir aux Canadiens leur pays et leur histoire et à les aider à tisser des liens. Lorsque nous racontons l’histoire d’un pays, il y a inévitablement des citoyens, des historiens et des politiciens qui ont une autre façon de voir les choses, et c’est de toute évidence ce qui se passe avec Canada : The Story of Us. » Ce qui conduit à poursuivre en fait le programme de diffusion.

     

    Problématique

     

    Lundi encore pourtant, la firme mandatée pour la production de cette série, Bristow Global Media, continuait de défendre bec et ongles le fruit de ses efforts.

     

    Dans une lettre adressée au Devoir, les producteurs affirmaient pour se disculper que « Canada : The Story of Us n’est pas l’illustration du documentaire historique exhaustif typique ».

     

    La série reprend, insiste Bristow Global Media, une formule utilisée en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en Australie, à savoir une suite de dix émissions d’une heure dans lesquelles on retrouve dans chaque épisode cinq histoires principales. Il a fallu faire des choix, répètent donc les producteurs, en finissant tout de même par reconnaître que l’idée de représenter une collectivité aussi morcelée dans une approche semblable est problématique : « Nous reconnaissons que la notion du “nous” [Us] au sein d’une nation aussi diversifiée que le Canada peut être problématique. » Bristow Global Media dit aussi regretter « que certaines personnes se soient senties mal représentées ».

     

    Mais ce ne sont pas des personnes autant que des collectivités et des nations qui se sont plaintes du traitement que leur a réservé jusqu’ici la série. Au premier chef, on trouve les Acadiens, dont le rôle est marginalisé.

     

    Plusieurs élus de la Nouvelle-Écosse ont fustigé la série au cours des derniers jours. Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, a même été parmi les premiers à sonner l’hallali de la série.

     

    À Québec, le gouvernement de Philippe Couillard, peu suspect de vouloir jeter de l’huile sur le feu dans le cadre des relations avec Ottawa, a lui aussi exigé des excuses. Le ministre des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier, y est même allé d’une formule-choc pour illustrer sa pensée : « Il y a un os dans Story of Us. »

     

    CBC a annoncé qu’à compter de mardi elle organisera une série de « conversations numériques en direct », en français et en anglais, histoire « d’alimenter ce dialogue important sur l’histoire du Canada ». En réplique aux critiques, la compagnie de production avait souligné à plusieurs reprises que la série avait été réalisée, en accord avec la CBC, uniquement à l’intention d’un public anglophone.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.